LA PRÉPARATION DU BEURRE DE KARITÉ

La période de récolte se situe de juin à septembre. L’amande est récupérée et l’extraction du beurre se fait selon trois méthodes :

  • la méthode traditionnelle : l’amande récoltée est concassée, torréfiée, moulue jusqu’à obtenir une pâte épaisse qui, mélangée à de l’eau, sera vigoureusement baratée. L’immersion dans l’eau bouillante va permettre de séparer le beurre des autres composants de l’amande, notamment les impuretés qui se déposent au fond du récipient. Une fois retiré, le beurre flottant en surface est malaxé avant d’être cuit longuement afin de permettre à l’eau de s’évaporer et aux impuretés de se déposer. L’huile (en fait le beurre liquide) ainsi obtenue sera filtrée avant d’être conditionnée. On obtient du beurre de karité artisanal. La chaleur altère quelque peu ses qualités.
  • l’extraction par pression à froid : les amandes sont simplement broyées dans une presse, à une température inférieure à 80°C. Cette méthode mécanique ne permet pas d’extraire la totalité du beurre présent dans la noix. Mais c’est la méthode qui permet d’avoir la meilleure qualité puisque les principes actifs du beurre de karité sont préservés.
  • l’extraction par solvant : les amandes sont broyées puis on utilise un solvant, l’hexane. Le beurre encore contenu dans les amandes se dissout dans l’hexane. Ensuite, on laisse l’hexane s’évaporer et on récupère le beurre de karité. Cette méthode est la plus rentable mais le beurre de karité obtenu est de qualité inférieure.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *